Made in Algeria
Produits Entreprises Appels d'offres Annonces B2B Actualités
5 500 produits et services exposés :
Recherche guidée | Recherche avancée
Notre réseau : Tunisie | Algérie Notre dossier commercial|
Dans votre sélection Ajouter aux favoris  |   Imprimer  |   Envoyer à un ami   |   Ajouter un commentaire   |   Publier votre article !

Marché national de l’habillement

»  News   »  Publié le 23-01-2012  »  lu [ 1187 fois ] Retour aux résultats

Marché national de l’habillement
Le groupe public CH veut rebondir


Le groupe public de la Confection et de l’habillement (CH) a bénéficié d’une enveloppe financière de plus de 10 milliards de dinars en vue d’un ambitieux programme de développement lui permettant d’augmenter à 10% à moyen terme ses parts dans un marché fortement concurrentiel. Cette enveloppe financière dont 5,6 milliards DA seront destinés à la modernisation des équipements, 223 millions DA pour la formation des ouvriers et des cadres du secteur et 721 millions DA pour la réhabilitation des sites de production, s’inscrit dans le cadre de la relance du secteur, a affirmé, hier, Ahmed Benayad, dans un entretien accordé à l’APS. 
Soulignant l’importance de l’investissement dans les machines de production pour réussir ce plan, M. Benayad a fait savoir que des cadres du groupe avaient visité dernièrement la foire de Barcelone pour s’enquérir des nouvelles technologies dans le domaine de la manufacture. «On a une idée très précise sur l’investissement qu’on va réaliser parce qu’on a déjà investi dans le matériel», a fait remarquer le gestionnaire du seul groupe public d’habillement en Algérie. Dans ce cadre, CH a lancé, il y a quelques jours, un avis d’appel d’offre international pour acquérir des machines spécialisées notamment dans la bonneterie et dans la fabrication de vêtements professionnels (destinés surtout aux corps constitués) et de vêtements pour le grand public. Sur la formation, M. Benayad a estimé qu’elle serait la priorité du groupe avant même le lancement des investissements et l’acquisition des équipements. 

Selon lui, le personnel qualifié se raréfie progressivement du fait qu’il n’y a plus de formations et de formateurs dans ce domaine, l’institut de Boumerdès, qui formait des ingénieurs et des techniciens spécialisés dans la manufacture ayant fermé il y a une dizaine d’années. De l’avis de ce professionnel, la fermeture de cette école a pénalisé le développement de l’industrie de la manufacture. 
Pour y remédier, le groupe avait pris ses dispositions depuis deux ans en créant un centre de formation à Béjaïa spécialisé dans les métiers de maîtrise, base de la filière confection et habillement, notamment le contrôle de qualité et la gestion de la production. Un autre centre a été créé à Saïda pour former des mécaniciens et des régleurs spécialisés dans l’entretien des machines de production, a ajouté leP-dg de ce groupe qui emploie 3.000 agents répartis sur 15 entreprises de production. M. Benayad a également fait état de la création prochaine d’une école spécialisée dans la formation d’ingénieurs et de techniciens supérieurs dans le domaine de la manufacture, selon les orientations du Conseil des participations de l’Etat (CPE). 

Le groupe, dont la quasi-totalité (90%) de la production est destinée pour les corps constitués, ambitionne de porter sa part de marché de 2% à 10% pour le grand public d’ici à 2015. Selon une étude de marché réalisée par le Centre national des technologies et du consulting (CNTC), les besoins du marché du prêt à porter et de la confection sont immenses, mais la capacité du groupe CH de concurrencer la gamme de produits déjà offerte est «insignifiante», estime M. Benayad. Il précise que le chiffre d’affaires de CH, estimé à 4 milliards DA, est réalisé dans son intégralité avec les corps constitués et que l’objectif de l’entreprise est de se maintenir sur le marché du vêtement professionnel, et de créer d’autres parts de marché pour doubler son chiffre d’affaires à 8 milliards DA. Pour ce responsable, le groupe pourrait faire appel à une assistance technique étrangère pour le transfert d’expertise et de savoir faire, après avoir déjà sollicité une assistance technique turque en matière de création et d’organisation de la production. Selon ce gestionnaire, les experts turcs estiment que le secteur public algérien de la confection et de l’habillement est en mesure de produire des articles compétitifs et de qualité.


Source : http://www.lemidi-dz.com/
    Ajouter un commentaire

'Marché national de l’habillement '
 

Evènements en relation:

         Accords de commandes public-public
         Industrie du cuir
         Usines de textile
         Partenariat algéro-turc
         Colloque sur les technologies du textile
         Industrie du textile
         L'Etat a investi des milliards pour sa relance
         Secteur de textile
         Secteur du textile 
         Textile Algérien
         Partenariat algéro-serbe
         Textile algérien à l’épreuve du partenariat
         Industrie du textile
         Textile
         Tunisie, Salon euro-méditerranéen de l’habillement
         Rencontres B to B algéro-turques
         Réhabilitation de l’industrie textile
         Industrie du textile
         Groupe public de l'habillement ''CH'
         Salon marocain du cuir
  



 

lKyQm6iZ
lKyQmK2W
lKyQnKeZ
lKyRlaiR
lKuYlqaV
lKmSlqSZ
lKuWnamR
lKuWnKaU



Accueil | Concept | Devenir membre Made in Algeria | Ma sélection Favoris [0] | Contact   


Tel:+213 (0) 21 370 324 / +213 (0) 21 370 334 /+213 (0) 21 370 336 - Ligne Directe & fax : +213 (0) 21 373 526- info@made-in-algeria.com