× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Abdelhak Lamiri expert : ce n’est pas le moment d’adhérer à la zone de libre échange

»  News   »  Publié le 05-04-2018  »  lu [ 386 fois ]

Abdelhak Lamiri expert  : ce n’est pas le moment d’adh&eacuterer à la zone de libre &eacutechange

Dans cet entretien, l’économiste, M.Lamiri nous parle du Forum africain de l’investissement et du commerce, tenu dernièrement à Alger. Pour lui, les entreprises algériennes ont fortement raison de convoiter le marché africain qui aura la plus forte croissance mondiale dans le futur. Sur la zone de libre échange continentale, M.Lamiri considère que certains pays comme l’Algérie vont perdre beaucoup dans leur adhésion car le pays n’est pas encore prêt.

Algérie-Eco : Les travaux de la 5e édition du Forum africain de l’investissement et du commerce (AFIC5) ont été tenus les 31 mars et 1eravril  à Alger. Malgré le nombre important de représentants de différents pays africains et arabes d’hommes d’affaires et des experts le forum a été marqué par l’absence d’officiels de haut rang. Comment expliquez-vous cette absence?

M.Lamiri : L’absence très remarquée s’explique sans doute par les problèmes rencontrés l’année passée. En second lieu, les entreprises algériennes et africaines veulent également s’émanciper d’une trop forte dépendance des pouvoirs publics.

Les entreprises algériennes montrent une volonté pressante à conquérir le marché africain, ont-elles raisons?

Les entreprises algériennes ont fortement raison de convoiter le marché africain qui aura la plus forte croissance mondiale dans le futur, sans doute plus que l’Asie. Mais à part une vingtaine d’entreprises, le reste n’a pas développé les rapports qualité/prix compétitifs pour conquérir ces marchés. Beaucoup de pays misent stratégiquement sur l’Afrique comme la Chine, le Maroc et certains pays européens. Il faut être parmi les meilleurs dans le futur pour conquérir ces marchés qui seront très difficile à prendre.

Malgré les efforts consentis, les échanges interafricains et algéro-africains restent faibles. Pourquoi à votre avis?

Les échanges sont faibles, parce que les économies ne sont pas complémentaires et le niveau technologique de ces pays ne permet pas de bénéficier des échanges. Les pays vendent surtout des matières premières et des produits semi-finis et importent des produits finis. L’intégration est donc difficile. Mais dans le futur, avec des stratégies appropriées les entreprises et les pays peuvent développer des avantages dans des secteurs différents. Par exemple, certains pays d’Afrique peuvent se spécialiser dans la mécanique, d’autres l’électronique, d’autres dans l’industrie du luxe (Botswana) etc.

Quelles solutions adopter pour arriver à gagner la confiance entre les pays africains?

Le développement de la confiance nécessite de la stabilité politique et une gouvernance apaisée à long terme. On peut être un pays stable mais les bases de la démocratie ne sont pas garanties sur le long terme. Une bonne moitié des pays africains commencent à développer des mécanismes de stabilisation politique à long terme, comme le Botswana. D’autres sont à mi-chemin (Algérie) et beaucoup connaissent une grande instabilité. Les pays suffisamment stables (comme l’Algérie) peuvent développer des échanges à moyen terme avec les pays qui sont suffisamment stables.

Etes-vous parmi ceux qui approuvent l’idée du lancement de la zone de libre échange continentale?

Si on fait une zone de libre échange, dans l’ensemble ce sera une bonne chose pour l’Afrique. Les consommateurs vont gagner. Beaucoup de pays vont gagner (ceux qui sont super compétitifs comme l’Afrique du Sud, le Botswana etc). Beaucoup vont perdre, comme l’Algérie je le crains. Pour nous ce n’est pas le moment. Il faut travailler encore plus.

source : https://www.algerie-eco.com/2018/04/05/adherer-a-la-zone-de-libre-echange-continentale/ 




Evènements en relation:

         Sonelgaz : un investissent de 2.400 milliards de dinars prévu pour 2028
         Guitouni élu vice-président de l’Opep à compter du 1er janvier 2019
         Importations : Une liste des fruits soumis au DAPS circule chez les opérateurs
         Bourse d’Alger : l’activité en baisse de plus de 34 en octobre
         Entreprenariat : IncubME lance l’incubation d’une première série de projets prometteurs
         Lancement de nouveaux projets de Cevital à Charleville-Mezieres dans les Ardennes
         Signature d’un contrat entre l’Algérie et l’Italie, pour la réalisation d’un projet de GPL
         Le Top 10 des pays africains ayant attiré le plus de projets d’IDE en 2017
         La stratégie algérienne de promotion de l’emploi , évoquée par l’ONU
         Le déficit commercial de l’Algérie s’est chiffré à 3,691 milliards de dollars
         De nombreuses compagnies étrangères s’intéressent à l’investissement en Algérie
         Pétrole: le prix du panier de l'Opep à plus de 78 dollars
         Automobile : Une dizaine de constructeurs s’intéressent au marché algérien
         Le groupe Tahkout décroche la représentation de BMW en Algérie
         Assurance des exportations : Cagex singe une convention avec Natixis
         ultime réde la CREG avant le lancement de l’avis d’appel d’offres des 150 MW
         Classement 2018 des économies africaines les plus compétitives selon le WEF
         Énergies renouvelables : une société mixte Algéro-Espagnole est née
         L’Algérie lancera un projet d’approvisionnement en énergie en Libye avant fin 2018
         L’institut Fraser classe l’Algérie à la 159ème place sur 162

Agenda B2B

Forum d’Affaires Algérie

Forum d’Affaires Algérie


AGRIPRO EXPO

AGRIPRO EXPO


DJAZAGRO  2019

DJAZAGRO 2019


Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Antares développment.Tout les droits sont résérvés.

Tél.: 024 79 97 97

GSM : 0555 05 40 20/21/22/23/24

Fax : 024 79 98 98

Nos partenaires :