× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Au-delà du pétrole: les majors en quête de diversification

»  News   »  Publié le 23-04-2018  »  lu [ 110 fois ]

Au-delà du p&eacutetrole: les majors en qu&ecircte de diversification

Le rachat de Direct Energie par Total annoncé cette semaine illustre la volonté des groupes pétroliers de se diversifier face à la pression croissante pour développer des énergies plus propres.

Le géant pétrolier et gazier met ainsi la main sur le principal fournisseur alternatif d’électricité et de gaz en France, concurrençant frontalement EDF et Engie.
Total avait déjà lancé l’an dernier une offre destinée aux particuliers sous la marque « Total Spring« . Le groupe vise désormais plus de 6 millions de clients en France et plus d’un million de clients en Belgique à l’horizon 2022Royal Dutch Shell avait aussi annoncé en décembre l’acquisition de la compagnie britannique d’électricité et de gaz First Utility. Elle compte 825.000 ménages clients au Royaume-Uni.
L’italien ENI fournit déjà du gaz et de l’électricité aux particuliers en France. « La demande en électricité croît plus vite mondialement que la demande en énergie – parce qu’on le voit, il y a plein de développements de l’usage de l’électricité« , remarque le PDG de Total, Patrick Pouyanné.
Total avait mené ces dernières années une série d’acquisitions en rachetant les batteries Saft, le fournisseur belge d’électricité et de gaz Lampiris et dernièrement pris une participation dans le producteur d’énergie renouvelable EREN RE
Ces développements interviennent alors que les producteurs d’hydrocarbures cherchent à se diversifier face aux initiatives pour limiter le dérèglement climatique et l’essor de nouveau usages comme les véhicules électriques.

Glenn Rickson, analyste chez S&P Global Platts, souligne qu’il y a « une tendance croissante des majors pétrolières à chercher à investir dans le secteur de l’électricité – dans la production et la commercialisation. C’est une mesure défensive face à la pression croissante sur les énergies fossiles« Un premier virage avait déjà été pris avec un fort développement des majors dans le gaz, dont l’utilisation est moins polluante que celle du pétrole. « C’était la première étape, qui était la plus légitime pour ces groupes pétroliers car ils connaissaient bien le métier« , rappelle Jean Trzcinski, du cabinet Sia Partners.

Et tout comme les compagnies pétrolières étaient présentes de la plateforme en mer jusqu’à la station-service, elles veulent aujourd’hui reproduire ce modèle pour aller jusqu’au client final.  « Nous voulons faire dans le gaz comme on a fait dans le pétrole, en étant intégré tout le long de la chaîne, en n’étant pas seulement producteur« , explique M. Pouyanné.

Il s’agit non seulement de fournir du gaz aux particuliers mais aussi de l’utiliser pour produire de l’électricité.  « Les majors peuvent se dire qu’une augmentation de l’intégration verticale avec des acquisitions dans l’électricité est le meilleur moyen de d’assurer un débouché de long-terme pour leur production« , remarque Glenn Rickson.
Avec Direct Energie, Total fait ainsi l’acquisition de deux centrales à gaz. Une troisième doit être construite en Bretagne. »On n’a pas vocation à devenir EDF… par contre on a vocation à faire de l’électricité sur la base de gaz parce qu’on est l’un des plus grand producteur de gaz au monde, et deuxièmement sur la base des renouvelables« , indique M. Pouyanné.

Ces dernières suscitent depuis un moment l’intérêt des producteurs d’énergies fossiles, qui prennent à des degrés divers le virage du solaire et de l’éolien.
Le britannique BP avait fait figure de pionnier dès l’aube des années 2000 avec le slogan « Beyond Petroleum » (au-delà du pétrole), une stratégie qui s’est alors avérée prématurée mais est depuis revenue à l’ordre du jour. Dernièrement, BP a pris fin 2017 une participation dans le spécialiste du solaire Lightsource.
Le norvégien Statoil est pour sa part devenu un gros acteur de l’éolien en mer. Symboliquement, le géant de la mer du Nord a d’ailleurs décidé d’abandonner toute référence au pétrole dans son nom pour se rebaptiser Equinor.

source:https://www.algerie-eco.com/2018/04/20/au-dela-du-petrole-les-majors-en-quete-de-diversification/




Evènements en relation:

         Faut-il réviser l’accord d’association a la zone de libre-échange euro-méditerranéenne
         La nouvelle stratégie économique des autorités algériennes comporte de «sérieux risques»
         AXA Assurances Algérie : une croissance de 34% du chiffre d’affaires
         Malek Zerourou : « La jeunesse est la vraie richesse de l’Algérie »
         Classement des pays par coût de la vie dans le monde : l’Algérie à la 122ème place
         Mise en œuvre de l’Accord de paix: poursuivre le processus de stabilisation du Mali
         Algérie-France : l’accord sur les échanges des jeunes actifs ratifié des deux côtés
         Les importations algériennes de téléphones en hausse de 18.3 au premier trimestre 2018
         Algérie-Mali: 13ème session du Comité bilatéral stratégique
         Algérie-France: Plus d’une centaine d’opérateurs économiques algériens à Paris en juin
         Industrie de montage automobile en Algérie : Le consommateur, le dindon de la farce
         Investissement : les Emirats Arabes Unis abandonnent la règle 51/49
         ENIE : La fabrication des terminaux de paiement électroniques (TPE) débutera en juin prochain
         Développement de la capitale : plus de 607,5 M.D déboursés entre 2010 et 2017
         Réalisation des nouvelles zones industrielles
         PLFC 2018 : les documents d’identités fortement taxés
         Algérie-Poste : Régularisation de 2075 travailleurs en situation d’emploi temporaire
         Population mondiale : 68 de citadins en 2050 contre 55 aujourd’hui
         Prévention contre les intoxications alimentaires
         La nouvelle gare maritime inaugurée en juin avec une nouvelle ligne Béjaïa-Barcelone

Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Antares développment.Tout les droits sont résérvés.

Tél.: 024 79 97 97

GSM : 0555 05 40 20/21/22/23/24

Fax : 024 79 98 98

Nos partenaires :

 

Notre réseau :

facebook

Twitter

Catalogues

Linkedin