× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Au-delà du pétrole: les majors en quête de diversification

»  News   »  Publié le 23-04-2018  »  lu [ 550 fois ]

Au-delà du p&eacutetrole: les majors en qu&ecircte de diversification

Le rachat de Direct Energie par Total annoncé cette semaine illustre la volonté des groupes pétroliers de se diversifier face à la pression croissante pour développer des énergies plus propres.

Le géant pétrolier et gazier met ainsi la main sur le principal fournisseur alternatif d’électricité et de gaz en France, concurrençant frontalement EDF et Engie.
Total avait déjà lancé l’an dernier une offre destinée aux particuliers sous la marque « Total Spring« . Le groupe vise désormais plus de 6 millions de clients en France et plus d’un million de clients en Belgique à l’horizon 2022Royal Dutch Shell avait aussi annoncé en décembre l’acquisition de la compagnie britannique d’électricité et de gaz First Utility. Elle compte 825.000 ménages clients au Royaume-Uni.
L’italien ENI fournit déjà du gaz et de l’électricité aux particuliers en France. « La demande en électricité croît plus vite mondialement que la demande en énergie – parce qu’on le voit, il y a plein de développements de l’usage de l’électricité« , remarque le PDG de Total, Patrick Pouyanné.
Total avait mené ces dernières années une série d’acquisitions en rachetant les batteries Saft, le fournisseur belge d’électricité et de gaz Lampiris et dernièrement pris une participation dans le producteur d’énergie renouvelable EREN RE
Ces développements interviennent alors que les producteurs d’hydrocarbures cherchent à se diversifier face aux initiatives pour limiter le dérèglement climatique et l’essor de nouveau usages comme les véhicules électriques.

Glenn Rickson, analyste chez S&P Global Platts, souligne qu’il y a « une tendance croissante des majors pétrolières à chercher à investir dans le secteur de l’électricité – dans la production et la commercialisation. C’est une mesure défensive face à la pression croissante sur les énergies fossiles« Un premier virage avait déjà été pris avec un fort développement des majors dans le gaz, dont l’utilisation est moins polluante que celle du pétrole. « C’était la première étape, qui était la plus légitime pour ces groupes pétroliers car ils connaissaient bien le métier« , rappelle Jean Trzcinski, du cabinet Sia Partners.

Et tout comme les compagnies pétrolières étaient présentes de la plateforme en mer jusqu’à la station-service, elles veulent aujourd’hui reproduire ce modèle pour aller jusqu’au client final.  « Nous voulons faire dans le gaz comme on a fait dans le pétrole, en étant intégré tout le long de la chaîne, en n’étant pas seulement producteur« , explique M. Pouyanné.

Il s’agit non seulement de fournir du gaz aux particuliers mais aussi de l’utiliser pour produire de l’électricité.  « Les majors peuvent se dire qu’une augmentation de l’intégration verticale avec des acquisitions dans l’électricité est le meilleur moyen de d’assurer un débouché de long-terme pour leur production« , remarque Glenn Rickson.
Avec Direct Energie, Total fait ainsi l’acquisition de deux centrales à gaz. Une troisième doit être construite en Bretagne. »On n’a pas vocation à devenir EDF… par contre on a vocation à faire de l’électricité sur la base de gaz parce qu’on est l’un des plus grand producteur de gaz au monde, et deuxièmement sur la base des renouvelables« , indique M. Pouyanné.

Ces dernières suscitent depuis un moment l’intérêt des producteurs d’énergies fossiles, qui prennent à des degrés divers le virage du solaire et de l’éolien.
Le britannique BP avait fait figure de pionnier dès l’aube des années 2000 avec le slogan « Beyond Petroleum » (au-delà du pétrole), une stratégie qui s’est alors avérée prématurée mais est depuis revenue à l’ordre du jour. Dernièrement, BP a pris fin 2017 une participation dans le spécialiste du solaire Lightsource.
Le norvégien Statoil est pour sa part devenu un gros acteur de l’éolien en mer. Symboliquement, le géant de la mer du Nord a d’ailleurs décidé d’abandonner toute référence au pétrole dans son nom pour se rebaptiser Equinor.

source:https://www.algerie-eco.com/2018/04/20/au-dela-du-petrole-les-majors-en-quete-de-diversification/




Evènements en relation:

         Importations : Une liste des fruits soumis au DAPS circule chez les opérateurs
         Bourse d’Alger : l’activité en baisse de plus de 34 en octobre
         Entreprenariat : IncubME lance l’incubation d’une première série de projets prometteurs
         Lancement de nouveaux projets de Cevital à Charleville-Mezieres dans les Ardennes
         Signature d’un contrat entre l’Algérie et l’Italie, pour la réalisation d’un projet de GPL
         Le Top 10 des pays africains ayant attiré le plus de projets d’IDE en 2017
         La stratégie algérienne de promotion de l’emploi , évoquée par l’ONU
         Le déficit commercial de l’Algérie s’est chiffré à 3,691 milliards de dollars
         De nombreuses compagnies étrangères s’intéressent à l’investissement en Algérie
         Pétrole: le prix du panier de l'Opep à plus de 78 dollars
         Automobile : Une dizaine de constructeurs s’intéressent au marché algérien
         Le groupe Tahkout décroche la représentation de BMW en Algérie
         Assurance des exportations : Cagex singe une convention avec Natixis
         ultime réde la CREG avant le lancement de l’avis d’appel d’offres des 150 MW
         Classement 2018 des économies africaines les plus compétitives selon le WEF
         Énergies renouvelables : une société mixte Algéro-Espagnole est née
         L’Algérie lancera un projet d’approvisionnement en énergie en Libye avant fin 2018
         L’institut Fraser classe l’Algérie à la 159ème place sur 162
         Novo nordisk menace de cesser ses investissements en Algérie
         Sovac lance la pré-commande pour la Skoda Fabia et Rapid

Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Antares développment.Tout les droits sont résérvés.

Tél.: 024 79 97 97

GSM : 0555 05 40 20/21/22/23/24

Fax : 024 79 98 98

Nos partenaires :