× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Ces lois qui entravent l’émergence du E-commerce

»  News   »  Publié le 21-09-2018  »  lu [ 306 fois ]

Ces lois qui entravent l’émergence du E-commerce

Nous sommes optimistes quant au développement du E-commerce en Algérie pour les années à venir. Il existe une formidable dynamique entrepreneuriale dans ce domaine, une concurrence qui commence à porter ses fruits pour que les consommateurs aient le choix tant au niveau de la qualité, qu’au niveau du prix.

Cette dynamique est certes là, mais elle n’arrive pas à répondre aux besoins et réduire le retard considérable que connait l’Algérie par rapport aux pays voisins ou certains pays du continent.

Cette jeunesse, à la tête des grands projets e-commerce ne demande rien. Ni subventions, ni ANSEJ ni aucune autre aide financière ou matérielle. La seule chose qu’elle demande c’est d’avoir un cadre légal favorable à leur épanouissement entrepreneurial, qui n’entrave pas leurs projets et qui leur permet de développer leurs activités.

La plupart des projets sur le marché algérien sont encore des startups. La définition d’une startup est : une structure en plein incertitude et en constante évolution ! Dans un environnement de libre entreprise, le taux d’échec et de risque d’une startup est très élevé. En Algérie, le handicap entrave doublement l’activité des startups locales, de par les lois qu’entreprend le législateur Algérien. Lois qui sont défavorables pour encourager l’investissement des algériens dans ce domaine-là.

Le projet de loi de finance de 2019  prévoit de taxer les transactions qui se déroulent sur les plateformes d’e-commerce à hauteur de 5%. Une hérésie que nous devons empêcher à tout prix si nous voulons que notre pays sorte de la crise.  Mais en vérité, Ce projet de loi n’a rien de nouveau et ne me surprend pas. Nos législateurs ont tendance à taxer ce qui crée de la valeur, à réguler voire freiner l’innovation, à subventionner ce qu’ils veulent bien subventionner et surtout à interdire ce qu’ils ne comprennent pas.

Les questions que les acteurs de l’économie numérique veulent poser aux régulateurs sont nombreuses notamment : est-ce que le fait de taxer les activités sur l’e-commernce est une stratégie de développement du secteur ? Le coût de lancement n’est pas assez élevé ? Nous voulons créer un écosystème et vous ?

Vous allez me rétorquer que ces taxes servent à l’Etat pour récolter de l’argent. Ainsi soit-il. Voici la question que je vous adresse : est-ce que l’Etat a comme objectif de faire du profit ? Car si l’Etat tombe dans ce cycle pour faire des profits ça ne sera plus un pays, mais une entreprise et ceci est très dangereux pour la démocratie.

Le marché l’emporte à chaque fois, ce qui se passe en Algérie n’est pas nouveau. Généralement l’Etat en mettant ce genre de barrières à l’entrée, crée une bourgeoisie puis un capitalisme dit « capitalisme de connivence ». Personnellement je ne préfère que le marché de l’économie numérique soit ouvert, libre et fondé sur des bases saines d’équité, au lieu de donner un monopole pour un organisme public (tel est le cas en ce moment) ou privé.

Taxer les activités de l’e-commerce c’est mettre les bâtons dans les roues des entrepreneurs algériens et c’est contre-productif pour le développement de notre économie.





Evènements en relation:

         SSD SOLUTION AUTOMATIQUE ALGERIE TUNISIE MAROC.
         Algérie Poste : « Hawalatic », un nouveau service de transfert d’argent sans compte CCP
         Vivatech de Paris, des startups algériennes ont fait leurs premiers pas sur la scène
         Le complexe sidérurgique de Bellara opérationnel d’ici fin 2019
         La mise en service la semaine prochaine de la nouvelle aérogare d’Alger
         La Banque Mondiale fait état d’un fort ralentissement de la production algérienne d’hydrocarbures
         Cevital appelle à renoncer à la marche du 5 en sa faveur
         Réseau mondial des centres de l’Instituto Cervantes : Ouverture d’une branche d’aide aux réfugiés sahraouis
         Planche à billets : 6.556 milliards de DA émis jusqu’au 31 janvier 2019
         Tipasa en phase de transition pour devenir une ville intelligente
         Hausse de la facture d’importation des produits alimentaires en 2018 : 135 millions de dollars de plus
         Les hommes d’affaires algériens invités à investir le marché burkinabé
         Sonelgaz : un investissent de 2.400 milliards de dinars prévu pour 2028
         Guitouni élu vice-président de l’Opep à compter du 1er janvier 2019
         Importations : Une liste des fruits soumis au DAPS circule chez les opérateurs
         Bourse d’Alger : l’activité en baisse de plus de 34 en octobre
         Entreprenariat : IncubME lance l’incubation d’une première série de projets prometteurs
         Lancement de nouveaux projets de Cevital à Charleville-Mezieres dans les Ardennes
         Signature d’un contrat entre l’Algérie et l’Italie, pour la réalisation d’un projet de GPL
         Le Top 10 des pays africains ayant attiré le plus de projets d’IDE en 2017

Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Antares développment.Tout les droits sont résérvés.

Tél.: 024 79 97 97

GSM : 0555 05 40 20/21/22/23/24

Fax : 024 79 98 98

Nos partenaires :