× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Commerce électronique : Mode d’emploi

»  News   »  Publié le 06-03-2018  »  lu [ 586 fois ]

Commerce électronique : Mode d’emploi

Je n’utilise jamais ma carte interbancaire pour les retraits. Je ne fais pas confiance au système».

C’est l’aveu d’une jeune femme cadre dans une société nationale qui préfère utiliser le chèque plutôt que «de prendre le risque», comme elle le dira de passer par le Distributeur automatique de billets (CIB).

Elle n’est pas la seule à avoir cette réaction. Ils sont nombreux à afficher cette appréhension. Une appréhension qui concerne également le payement par internet.

Et ce, pour différentes raisons.Qu’en sera-t-il alors pour le e-commerce et pour les autres secteurs en voie de passer à la digitalisation ?

Cette question s’impose après l’adoption par l’Assemblée populaire nationale (APN) du projet de loi sur le e-commerce.

Les conditions sont-elles réunies pour entrer dans l’ère du commerce électronique en Algérie ? Si la plateforme de paiement sur internet répond scrupuleusement à ce qui se fait ailleurs, selon l’expert en TIC, Karim Khellouiati à travers la SATIM avec les cartes interbancaires (CIB) et Algérie Poste pour les cartes eddahabia), sur d’autres chapitres des éléments sont à assurer.

M. Khellouiati estime à titre illustratif que sur le plan technique, les conditions sont très faibles, notamment du point de vue technique. «Il faut une refonte des sites web marchands algériens», préconise-t-il avant de relever que la psychologie des acheteurs constitue un blocage à l’essor du e-commerce. «Peu d’Algériens prendront le risque d’acheter sur internet, ils n’ont pas la culture de l’immatériel», rappellera-t-il.

Maintenant que le cadre réglementaire est prêt (en attendant son adoption par le Sénat) pour encadrer les droits et les obligations du commerçant, les droits du consommateur, les modalités d’application, notamment les pénalités en cas d’activité non réglementée et les modalités de la mise en œuvre du paiement en ligne pour protéger la confidentialité des transactions électroniques et des données du citoyen, comme l’a expliqué la ministre des Postes, et des Télécommunications et du Numérique, Houda Imane Feraoun, il reste d’autres conditions à satisfaire.

Pour le ministère du Commerce, ces conditions sont déjà assurées, puisque le texte législatif vient encadrer une activité qui existe déjà, selon Lyes Ferroukhi, chef de cabinet du ministère interrogé à cet effet. Or, ce n’est pas le cas.

Sécurité

Au-delà de la sécurité des plateformes, d’autres éléments sont en effet à prendre en charge. Les députés ont d’ailleurs appelé lors de l’examen du projet en question à la protection des données personnelles lors des transactions via un système de certification électronique.

Ce qui fait défaut alors que cette certification considérée comme l’assise de toutes les transactions financières par internet est annoncée depuis des années. Un projet de loi était même attendu en 2017

Autre difficulté, la faiblesse du débit internet. «Pourquoi m’oblige-t-on à me doter d’un Terminal de paiement numérique (TPE) alors que la connexion est très mauvaise ? En attendant que la qualité d’internet soit améliorée, je préfère continuer à vendre de la manière traditionnelle», nous dira à ce sujet un commerçant à Alger. Un autre gérant d’une supérette nous confiera : «Je veux prendre le temps qu’il faut pour entamer une telle démarche.

Je veux avoir toutes les garanties connaissant les perturbations dans le réseau d’internet.» «Quand le magasin est pris d’assaut les samedis, nous avons des difficultés à faire passer les payements via les cartes interbancaires. Ça bloque souvent», témoigne pour sa part une caissière dans une grande surface à Alger.

Ce sont donc quelques-uns parmi les éléments qui risquent de retarder le développement du commerce alors qu’une disposition de la loi de finances 2018 oblige tout commerçant de se doter TPE avant la fin de 2019.

«Les TPE seront vendus aux commerçants, c’est vraiment un acte illogique, surtout si le but est de généraliser la pratique du paiement électronique en Algérie. Sous d’autres cieux, ils sont offerts gracieusement, ou entrent dans le cadre d’un accompagnement technologique», déplore l’expert Karim Khellouiati. Le fait aussi que ces TPE soient importés n’étant pas fabriqués en Algérie pose aussi problème. Pourquoi ?

Digitalisation bancaire au ralenti

«Les TPE représentent un point d’accès ouvert à internet, qui peut transmettre des informations sur les transactions ou la traçabilité d’une carte bien précise à autrui.

C’est pour cela qu’ils font l’objet d’études bien poussées au niveau des logiciels embarqués pour être sure qu’ils ne contiennent que ce qu’il faut», nous expliquera encore M. Khellouiati. D’où la nécessité de les produire localement. La ministre n’a pas manqué d’ailleurs d’appeler les industriels à investir dans ce créneau.

Par ailleurs, le retard accusé dans la modernisation bancaire même si les annonces portant sur la digitalisation financière n’ont pas manqué ces derniers mois. Ce qui constitue également une entrave au e-commerce. D’où la nécessité d’accélérer la numérisation du système bancaire.

Sur un autre plan, du côté des chefs d’entreprise du secteur des TIC, l’on regrette l’absence d’incitations dans le texte de loi. «Une start-up dans le e-commerce doit se concentrer sur la croissance plutôt que sur la marge qu’elle peut générer ; par conséquent, il aurait été utile que la loi prévoit des abattements fiscaux et des incitations à l’investissement», notera Kamel Haddar, l’initiateur de la première plateforme de e-learning en Algérie.

Ce qu’ont relevé les députés lors du débat sur le projet. Il y a lieu également d’assurer une base logistique importante des groupes et de sociétés de distribution des projets.

Emergence

Ce qu’essayent de faire les start-up et les entreprises déjà lancées dans ce segment, à l’image de Guidini, echryli, tbeznyss, Algérie Market, Jumia et bien d’autres qui tentent d’émerger et de s’imposer dans un climat difficile, comme c’est le cas pour Jazairi BusinessMarket nouvellement lancé en 2017.

Spécialisé dans l’organisation, la distribution, la vente, le marketing et la communication digitale des marques et produits algériens, cette plateforme (marché de gros en ligne) créée par Rezki Messar a choisi comme créneau la vente en gros via le service JAZAIRI b2b Market réservé essentiellement à la production nationale. Le choix de la période du lancement d’un tel projet n’est pas fortuit.

Pour M. Messar, le projet de loi sur le e-commerce est un plus pour encadre cette activité en ligne, pourvu que les incitations arrivent pour bien se placer sur un marché encore naissant.

Un marché qui pourrait être investi par d’autres acteurs, selon M. Khellouiati. Il s’agit de ceux qui sont déjà implantés dans le commerce classique qui penseraient à développer des plateformes de vente électronique pour concurrencer ceux qui y sont déjà. La place sera dans ce cas à la concurrence.

Pourvu que le terrain soit clairement balisé. Ces points seront sans nul doute abordés lors du Salon dédié a commerce électronique Tidjar@tic prévu les 28, 29 et 30 avril prochains à Alger à l’initiative de Kooteo, une entreprise dédiée aux services des TIC.

 

25 000 milliards de dollars de ventes via internet en 2015

n Selon un rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) publié en octobre dernier, les ventes issues du e-commerce ont représenté un chiffre d’affaires de 25 000 milliards de dollars en 2015.

Les Etats-Unis sont le premier marché mondial dans le commerce électronique avec plus de 7000 milliards de dollars de biens et services vendus, suivis du Japon (2495 milliards de dollars) et de la Chine (1991 milliards de dollars).

Par ailleurs, les exportations des services de Technologies d’information et de communication (TIC) ont augmenté de 40% entre 2010 et 2015 au niveau mondial et 100 millions de personnes travaillent dans ce secteur.
 

Indices :
-Les médicaments, le tabac, les jeux de hasard et les produits alcoolisés, les équipements sensibles et les produits prohibés sont exclus de la vente via le commerce électronique.

-La commande d’un produit ou d’un service passe par trois étapes obligatoires : la mise à la disposition du e-consommateur des conditions contractuelles, la vérification des détails de la commande par ce dernier et la confirmation de la commande qui conduit à la formation du contrat.

-Le e-consommateur est tenu de payer le prix convenu dans le contrat électronique dès la formation de ce document.

-La vente par voie électronique d’un bien ou d’un service par un fournisseur résident à un e-consommateur établi dans un pays étranger est dispensée des formalités de contrôle du commerce extérieur et des changes lorsque sa valeur n’excède pas l’équivalent en dinar de la limite fixée par la législation en vigueur.

-Le produit de cette vente doit, après son paiement, être porté sur le compte de l’e-fournisseur domicilié en Algérie auprès d’une banque agréée par la Banque d’Algérie ou auprès d’Algérie Poste.

-Lorsque l’achat électronique se fait à partir de l’Algérie par un e-consommateur auprès d’un e-fournisseur établi dans un autre pays et destiné exclusivement à un usage personnel, il est aussi dispensé des formalités du commerce extérieur et des changes lorsque sa valeur n’excède pas l’équivalent en dinar de la limite fixée par la législation en vigueur.

Source : http://www.elwatan.com


Evènements en relation:

         Énergies renouvelables : une société mixte Algéro-Espagnole est née
         L’Algérie lancera un projet d’approvisionnement en énergie en Libye avant fin 2018
         L’institut Fraser classe l’Algérie à la 159ème place sur 162
         Novo nordisk menace de cesser ses investissements en Algérie
         Sovac lance la pré-commande pour la Skoda Fabia et Rapid
         John Desrocher : “Attirer d’autres investissements américains en Algérie..»
         Les femmes africaines détiennent le record mondial de l'entrepreneuriat féminin
         E-commerce: la BDL lancera une campagne médiatique d'information
         Les leaders mondiaux de l'énergie appelés à investir en Algérie
         Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?
         Fin du salon « Alger Industrie » : le marché algérien est encore attractif
         Hausse des crédits à l'économie au 1er semestre 2018
         Algérie : le FMI table sur croissance de 2,5 en 2018
         Africa Investment Forum : tout est fin prêt pour le marché de l’investissement en Afrique
         Le groupe Ival exportera prochainement ses produits au Mali
         L’Algérie et la Tunisie œuvrent pour le développement des régions frontalières
         RAPPROCHEMENT ENTRE SOFRECOM ALGÉRIE ET SOFRECOM TUNISIE
         Sofrecom Algérie, Partenaire Officiel de la délégation Algérienne à l’événement Afric'up 2018
         Sonatrach-Cepsa: un contrat d'investissement de plus d'un milliard de dollars adopté
         Sonatrach : Les premiers forages offshores seront lancés début 2019

Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Antares développment.Tout les droits sont résérvés.

Tél.: 024 79 97 97

GSM : 0555 05 40 20/21/22/23/24

Fax : 024 79 98 98

Nos partenaires :

 

Notre réseau :

facebook

Twitter

Catalogues

Linkedin