× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Énergie solaire : la filière du photovoltaïque entre espoirs et craintes

»  News   »  Publié le 17-08-2018  »  lu [ 302 fois ]

Énergie solaire : la filière du photovoltaïque entre espoirs et craintes

Très attendue par les opérateurs économiques, la rencontre nationale organisée à l’initiative de la Commission de Régulation de l’Electricité et du Gaz-CREG et  consacrée aux questions relatives à la préparation de l’appel d’offres par voie des enchères, a marqué le lancement du programme national des énergies renouvelables.

Elle a suscité beaucoup d’espoir chez les industriels et autres investisseurs locaux qui n’ont pas hésité à investir dans  cette filière malgré le manque de visibilité et les hésitations récurrentes de certains responsables au niveau du secteur de l’énergie.

Les opérateurs interrogés en marge de cette rencontre ont été unanimes pour dire que celle-ci était extrêmement positive en soulignant le travail « remarquable » accomplis par la CREG.

Ils ont été également rassuré par les propos du ministre qui n’a pas hésité à reprendre la parole à plusieurs reprises pour lever les ambiguïtés, marquer la volonté du gouvernement pour accompagner cette « filière industrielle naissante » et encourager les opérateurs locaux à investir dans les différents segments de la chaine de valeur du photovoltaïque.

Revenant au déroulé de cette rencontre: l’équipe du CREG a convié tous les acteurs de la filière. Les communications et les débats étaient de grande qualité. Citons celle d’Amel BOUALI, de la CREG sur les principes généraux de mise en œuvre  d’enchères,de Boukhalfa YAÏCI, du Cluster Energie Solaire sur le  tissu industriel local, de l’expert  Mouloud BAKLI du Club Energia, qui a fait une remarquable présentation du Benchmark et des tendances mondiales sur le photovoltaïque. D’autres communication ont retenu l’attention: celle du premier responsable de SKTM (filière du renouvelable de Sonelgaz) et du représntante de BELECTRIC (cette compagnie allemande a installé le tiers du parc solaire existant à ce jour dans notre pays) sur les retours d’expériences.

Enfin il est à noter la présence du secteur bancaire, représenté par le délégué général de l’ABEF et un représentant de la BNA qui a fait une intervention sur les différents types de financements applicables aux projets des énergies renouvelables.

Parmi les sujets abordés, celui de l’intégration locale a constitué le point central des débats car « les enjeux pour l’Algérie sont énormes aussi bien en terme de sécurité énergétique qu’en terme de création d’emplois et de développement d’un savoir -faire local » a souligné un expert présent à la rencontre. Il s’agit de  « créer une véritable filière industrielle locale pour répondre à l’ambitieux programme decidé par le gouvernement».

Une  unanimité certaine s’est dégagée quant aux segments de la chaine de valeur du photovoltaïque à investir sans attendre (la courbe d’apprentissage dans des pays qui sont très avancés dans le domaine le démontre clairement). Il s’agit  en priorité des  modules Photovoltaïques ainsi que les entrants tel que le : le verre solaire,  le cadre aluminium, et  le film plastique.

A ce sujet les participants ont enregistré avec  satisfaction que les technologies choisies actuellement en phases d’industrialisation par des investisseurs  privés algériens sont similaires à toutes les dernières évolutions utilisées par les leaders  mondiaux.  Verre-Verre Bifacial, MonoPerc…

S’agissant des structures métalliques, les experts ont insisté sur les critères strictes de fabrication, critères qui ont été rappelées comme : classe et épaisseurs minimum de galvanisation,  la garantie des 20 ans, le non contact entre Aluminium et acier galvanisé…une liste des « must have » a été partagée à cette occasion..

Dans les débats, les experts ont jugétrès prématuré, et risquer de s’aventurer sur d’autres segments tels que les technologies des Cellules (Barriere capitalistique élevées, évolution trop rapides), Polysilicium (très complexe) et les onduleurs. Les détails techniques justifiant ces positions ont largement été expliquées et débattues.

Sur le point des onduleurs ;il a  été souligné comme extrêmement risqué et « novice »  d’aller vers l’assemblage des onduleurs vu les critères de qualité exigées et les options récentes pour baisser le tarif du KWh (principale critère pour l’acheteur).En effet pour baisser davantage  le KWh, les onduleurs doivent tenir compte des technologies de modules montantes dont la spécialité est généralement l’apanage de startups très peu connues mais d’une efficacité redoutable en termes de développement de nouvelles solutions garantissant plus de maitrise dans les coûts de production du KWh. D’ailleurs, comme il a été souligné par un expert, les grands fabricants des onduleurs(top 3 mondiaux)sous – traitent souvent la fabrication à des sociétés hyper pointues pour garantir la performance et s’assurer le prix du KWh le plus bas.

Toujours dans le même ordre d’idée, il s’agit d’optimiser le local et disposer de composants de technologies adaptables. Cela avait été largement  illustré lors de la rencontre  du 30 juillet par des exemples très explicites pour aboutir à une conclusion importante voir déterminante pour la réussite du programme :la technologie choisie des onduleurs doit obligatoirement tenir compte de celle du module photovoltaïque. Les experts citent à titre d’exemple quelques exigences techniques : La tension de sortie à 1500V, Algorithme de contrôle de la bi-facialité, les angles des trackers, de la maintenance nouvelle génération automatisée sans intervention humain «   Il faut dire que ces ces options ne sont présentes que chez les leaders mondiaux  du secteur (chacun avec plus de 20-30GW en opération)  et c’est ce que nous recommandons pour notre pays » a tenu à souligner un expert présent à la rencontre.

Mais  à contre- courant du consensus dégagé et des recommandations des experts ,  une société publique annonce à la clôture de la rencontre (ça été confirmé  par les médias), la création d’une société mixte pour la  fabrication locale d’onduleur avec FIMER une compagnie italienne inconnue des grands installateurs avec à peine 2.5GW en opération et loin,voire très loin des performances requises pour baisser le prix du KW. Le comble de l’histoire c’est que ce projet a été annoncé sans aucune concertation avec les fabricants de modules ni avec les parties prenantes du secteur.

Cela est totalement  contre- productif  et va à l’encontre des recommandations des principaux acteurs et parties prenantes de la filière (y compris les pouvoirs publics).

Et ce en plus de la contradiction à l’esprit de coordination et d’optimisation de la chaine de valeur  qui s’est dégagé lors de la rencontre et pour lequel le gouvernement était  très attentif (c’est ce qui est ressortis des interventions  du ministre de l’énergie et également des différentes initiatives prises par le ministère de l’industrie). « L’enjeu du prix le plus bas au KWh se trouve complètement remis en cause par ce type d’initiative » nous a confirmé un expert contacté à ce sujet. Avant de rajouter « dommage que cela se fasse et de surcroit avec l’argent public ! »

Avant d enchainer « Nous avons mis les exigences très hautes  pour les technologies des module photovoltaïques ainsi que celles de structures. Nous souhaitons au moins le même standard pour le reste de la chaine de valeur : c’est cela qui va garantir le prix du KWh le plus bas ». Recommandant clairement « de pas se lancer dans une fabrication des onduleurs qui est par essence aventureuse et téméraire. Elle va créer moins de 0.03 emploi par MW (données benchmark) et va brider le prix du KWh car non compatibles avec les modules qui sortiront bientôt des usines déjà lancées en Algérie ».

Pour cet expert  le projet de fabrication d’onduleurs annoncé « va se transformer en grande partie d’assemblage de composants et sous-ensembles importés, et payés au prix fort par les acteurs locaux ». Avant de suggérer de lancer l’assemblage (s’il faut le faire)  avec un des leaders mondiaux.

La rencontre du 30 juillet dernier avait le grand mérite de préciser les enjeux et les défis qui attendent notre pays pour « jouer dans la cours des grands » en matière d’énergie renouvelables. Mais cela dépendra de la volonté des acteurs et plus particulièrement des pouvoirs publics pour non seulement accélérer la cadence mais surtout veiller à éviter toute « déviation » du processus de création de la filière industrielle.




Evènements en relation:

         GNL: l'Algérie possède les potentialités pour exporter vers l'Asie
         Le pétrole se maintient au-dessus de la barre des 70 dollars, profitant du recul des stocks américains
         Pétrole: Les investisseurs suivent attentivement ce qui se passe en Algérie
         Hydrocarbures Offshore : L’Algérie donne le feu vert pour l’exploration et l’exploitation
         Sonelgaz: un chiffre d'affaires de 390 milliards DA en 2018
         Lancement de la réalisation de deux centrales solaires avant fin 2019 à Hassi Messaoud (Ouargla)
         Sonatrach et Total créent une société commune en Algérie
         La production pétrolière de l’OPEP a atteint son plus haut niveau depuis 2016
         Le pétrole chute lourdement sur le mois d’octobre
         Développement de la pétrochimie : Les quatre objectifs visés par Sonatrach
         Le potentiel de la mine de Tala Hamza revu à la hausse
         Le pétrole monte un peu mais reste affaibli par la hausse des stocks américains
         EPAL : Le volume des marchandises traitées en hausse de 0,64
         Le Brent au plus bas en un mois, les paris sur un manque d’offre se délitent
         Energies : lancement avant décembre 2018 d’un avis d’appel d’offre international
         Le pétrole remonte au-dessus des 84 dollars
         Hydrocarbures: Signature de deux contrats entre Sonatrach et Total
         Le prix du petrole passe la barre des 80 dollars
         Le volume des exportations de l’Algérie a baissé de 2.8 au premier trimestre 2018
         Energie renouvelable: Les entreprises algériennes face aux défis technologiques

Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Antares développment.Tout les droits sont résérvés.

Tél.: 024 79 97 97

GSM : 0555 05 40 20/21/22/23/24

Fax : 024 79 98 98

Nos partenaires :