× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Forum économique africain : Rebrab plaide pour le désenclavement du continent

»  News   »  Publié le 29-04-2018  »  lu [ 262 fois ]

Forum économique africain : Rebrab plaide pour le désenclavement du continent

Lors du Forum économique africain tenu au courant de cette semaine dans la capitale Tunisienne, où se sont rassemblés 800 décideurs économiques du continent africain. Le patron du groupe Cevital, Issad Rebrab a plaidé pour le désenclavement de l’Afrique par le moyen des chemins de fer toute en procédant à l’exposition de sa nouvelle technologie de pointe pour le dessalement d’eau de mer.

En effet, selon le site Africa Presse qui a rapporté ce samedi les propos du PDG de Cevital. Issad Rebrab a relevé en premier lieu lors que «la majorité des pays africains sont aujourd’hui malheureusement déficitaires auniveau deleur sécurité alimentaire et, pour régler le problème, il faut surtout un fort investissement dans les infrastructures. Il est nécessaire de désenclaver l’Afrique si l’on veut développer la production, qu’elle soit agricole, industrielle ou minière».

Rebrab a estimé qu’«Il faut un plan Marshall pour l’Afrique. Sinon, avec la croissance démographique que connaît aujourd’hui le Continent, la situation va empirer dans les prochaines années. L’Afrique est aujourd’hui déficitaire de près de 35 milliards de dollars par an en denrées alimentaires. En 2030, selon les projections, ses importations de nourriture s’élèveront à 100 milliards de dollars par an ! » Ce sera donc intenable. Le constat est sévère, mais juste».

L’homme d’affaire a exposé sa vision pour y remédier à cette situation et au développement du continent africain, en plaidant pour le développement des moyens de transports par rail. Selon ses propos rapportés par le même site, Issad Rebrab a rappelé tout d’abord que «C’estau travers des chemins de fer que les États-Unis se sont développés dans les années 1840-1860».

Et d’ajouter en illustrant avec plusieurs exemples concrets. «Comment voulez-vous que les pays africains, qui sont enclavés, sortent leur production agricole, industrielle ou minière sans infrastructures et sans chemin de fer ? Un exemple concret : en Algérie, le coût de production d’une tonne de ciment est de 50 dollars, et elle est vendue à moins de 100 dollars. Au Niger et au Mali, le coût d’une même tonne de ciment avoisine les 200 dollars : le surcoût, c’est la logistique. Un autre exemple parlant : le Mali produit quelque 500 000 tonnes de mangues par an et n’en vend que 50 000 tonnes parce qu’il ne réussit pas à écouler en temps utile le reste de sa production, cela à cause de l’insuffisance des infrastructures, de la logistique et des transports nécessaires à la bonne circulation des marchandises».

Rappelant son méga projet d’un réseau ferroviaire reliant toute l’Afrique. Rebrab a souligné que «le grand problème de l’Afrique, c’est que beaucoup de pays sont enclavés et n’ont pratiquement aucun échange entre eux». Il a précisé à ce propos que «quand nous exportons aujourd’hui d’Algérie nos produits à Abidjan, en Côte d’Ivoire, on met un mois et demi à faire le trajet. En revanche, s’il y avait une ligne de chemin de fer reliant Béchar [150 km au sud-ouest d’Alger, ndlr] Bamako et Abidjan, cela nous permettrait de le faire en 36 heures».

Concernant le dessalement d’eau de mer, le patron de Cevital a révélé, selon la même source, aux hommes d’affaires africains sa nouvelle technologie développée dans son centre de recherches basé en Allemagne, pour améliorer le dessalement de l’eau de mer et produire de l’eau ultra pure, nécessaire notamment à l’industrie pharmaceutique, dont c’est une matière première indispensable, mais également pour l’industrie des semi-conducteurs et bien sûr l’agro-industrie.

A cet égard, Issad Rebrab a indiqué que «même un grand groupe comme Siemens a adopté aujourd’hui notre technologie pour produire une eau d’une exceptionnelle qualité. En précisant que cette même technologie permettra «de filtrer l’eau de mer en grandes quantités, pour usage alimentaire», en ajoutant qu’«à un coût d’exploitation de l’usine de dessalement bien inférieur à ceux d’aujourd’hui».

Source : www.algerie-eco.com


Evènements en relation:

         Importations : Une liste des fruits soumis au DAPS circule chez les opérateurs
         Bourse d’Alger : l’activité en baisse de plus de 34 en octobre
         Entreprenariat : IncubME lance l’incubation d’une première série de projets prometteurs
         Lancement de nouveaux projets de Cevital à Charleville-Mezieres dans les Ardennes
         Signature d’un contrat entre l’Algérie et l’Italie, pour la réalisation d’un projet de GPL
         Le Top 10 des pays africains ayant attiré le plus de projets d’IDE en 2017
         La stratégie algérienne de promotion de l’emploi , évoquée par l’ONU
         Le déficit commercial de l’Algérie s’est chiffré à 3,691 milliards de dollars
         De nombreuses compagnies étrangères s’intéressent à l’investissement en Algérie
         Pétrole: le prix du panier de l'Opep à plus de 78 dollars
         Automobile : Une dizaine de constructeurs s’intéressent au marché algérien
         Le groupe Tahkout décroche la représentation de BMW en Algérie
         Assurance des exportations : Cagex singe une convention avec Natixis
         ultime réde la CREG avant le lancement de l’avis d’appel d’offres des 150 MW
         Classement 2018 des économies africaines les plus compétitives selon le WEF
         Énergies renouvelables : une société mixte Algéro-Espagnole est née
         L’Algérie lancera un projet d’approvisionnement en énergie en Libye avant fin 2018
         L’institut Fraser classe l’Algérie à la 159ème place sur 162
         Novo nordisk menace de cesser ses investissements en Algérie
         Sovac lance la pré-commande pour la Skoda Fabia et Rapid

Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Antares développment.Tout les droits sont résérvés.

Tél.: 024 79 97 97

GSM : 0555 05 40 20/21/22/23/24

Fax : 024 79 98 98

Nos partenaires :