× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Les problèmes au Mali peuvent compromettre l’achèvement de la Transaharienne

»  News   »  Publié le 08-05-2018  »  lu [ 54 fois ]

Les probl&egravemes au Mali peuvent compromettre l’ach&egravevement de la Transaharienne

Les travaux au niveau de la route Transaharienne risquent de s’éterniser. Lancés dans les années soixante, plusieurs tronçons de ce projet, qui doit relier six pays africains dont l’Algérie, la Tunisie, le Mali, le Niger, le Tchad et le Nigéria, accusent un retard considérable dans leur réalisation. Ce retard persiste d’ailleurs en raison des difficultés « de développement » qu’éprouvent certains pays, notamment le Mali.

« Le pays qui est dans la difficulté la plus grande, c’est le Mali. C’est le Nord Mali, entre Gao et la frontière algérienne sur 700 kilomètres », a rappelé ce dimanche 6 mai Mohamed Ayadi,Secrétaire général du comité de liaison de la Transaharienne. Et d’expliquer : « Même si on finance (par le biais des institutions internationales ou continentales, le problème n’est pas celui de la route, mais du développement (…) Le Mali a besoin de l’aide des institutions internationales, mais il faut la rendre visible ».

Pour M. Ayadi, le projet a globalement beaucoup avancé, surtout du côté algérien qui, selon lui, a fortement « contribué à crédibilisation » de cette infrastructure d’envergure. « C’est elle (l’Algérie) qui le porte, c’est elle qui donne l’exemple », s’est-il vanté.

Toutefois, cet état d’avancement s’effectue avec les moyens du bord de chaque pays. « Pour revenir sur le projet, il a beaucoup avancé. Mais qu’est-ce que c’est beaucoup ? Chacun des pays en fonction de ses moyens a avancé au gré des années », a-t-il soutenu.

De cet état d’avancement, le SG du comité de liaison de la Transaharienne a indiqué que sur l’axe majeur reliant l’Algérie au Nigéria, il ne manque que le tronçon reliant Arlit (Niger) à Samaca à livrer. « Aujourd’hui le projet est très avancé dans sa réalisation. Sur l’axe majeur Alger – Lagos, il ne reste plus qu’à relier Arlit à Samaca », a-t-il affirmé.

Dans ce contexte, M. Ayadi a plaidé pour l’achèvement de cette infrastructure qu’il qualifie « de vecteur d’échanges important » sur le plan économique. Un vecteur qui permettra de donner un nouvel élan à l’économie nationale. « Jusqu’à présent les exportations algériennes vers les pays du Sahel n’étaient pas marquantes parce que nous avions de l’argent, parce que nous n’avions pas de raisons (à aller vers l’export à cause de l’opulence financière de l’Algérie à l’époque)», a-t-il regretté. « Mais la situation a changé (sur le plan financier). Il faut qu’il y ait une politique, il faut définir une stratégie (pour corriger le tir) », a-t-il souligné.

Source: algerie-eco.com




Evènements en relation:

         Faut-il réviser l’accord d’association a la zone de libre-échange euro-méditerranéenne
         La nouvelle stratégie économique des autorités algériennes comporte de «sérieux risques»
         AXA Assurances Algérie : une croissance de 34% du chiffre d’affaires
         Malek Zerourou : « La jeunesse est la vraie richesse de l’Algérie »
         Classement des pays par coût de la vie dans le monde : l’Algérie à la 122ème place
         Mise en œuvre de l’Accord de paix: poursuivre le processus de stabilisation du Mali
         Algérie-France : l’accord sur les échanges des jeunes actifs ratifié des deux côtés
         Les importations algériennes de téléphones en hausse de 18.3 au premier trimestre 2018
         Algérie-Mali: 13ème session du Comité bilatéral stratégique
         Algérie-France: Plus d’une centaine d’opérateurs économiques algériens à Paris en juin
         Industrie de montage automobile en Algérie : Le consommateur, le dindon de la farce
         Investissement : les Emirats Arabes Unis abandonnent la règle 51/49
         ENIE : La fabrication des terminaux de paiement électroniques (TPE) débutera en juin prochain
         Développement de la capitale : plus de 607,5 M.D déboursés entre 2010 et 2017
         Réalisation des nouvelles zones industrielles
         PLFC 2018 : les documents d’identités fortement taxés
         Algérie-Poste : Régularisation de 2075 travailleurs en situation d’emploi temporaire
         Population mondiale : 68 de citadins en 2050 contre 55 aujourd’hui
         Prévention contre les intoxications alimentaires
         La nouvelle gare maritime inaugurée en juin avec une nouvelle ligne Béjaïa-Barcelone

Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Antares développment.Tout les droits sont résérvés.

Tél.: 024 79 97 97

GSM : 0555 05 40 20/21/22/23/24

Fax : 024 79 98 98

Nos partenaires :

 

Notre réseau :

facebook

Twitter

Catalogues

Linkedin