× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Sept pays, dont l’Algérie, responsables des deux tiers du volume mondial de gaz torchés

»  News   »  Publié le 03-05-2021  »  lu [ 225 fois ]

Sept pays, dont l’Algérie, responsables des deux tiers du volume mondial de gaz torchés

En 2020, année sans précédent pour le secteur pétrolier et gazier, la production pétrolière a décliné de 8 % alors que le volume mondial de gaz torchés baissait de 5 %, selon de nouvelles estimations reposant sur des données satellitaires recueillies par le Partenariat mondial pour la réduction des gaz torchés (GGFR) de la Banque mondiale. En volume, la production de pétrole est passée de 82 millions de barils par jour en 2019 à 76 millions en 2020, tandis que la production mondiale de gaz torchés régressait de 150 milliards de mètres cubes en 2019 à 142 milliards en 2020. Cela étant, le volume de gaz brûlés à travers le monde reste suffisant pour alimenter l’Afrique subsaharienne en électricité. Les États-Unis sont responsables de 70 % de cette baisse, le brûlage à la torche du gaz y ayant diminué de 32 % entre 2019 et 2020 sous l’effet d’un recul de 8 % de la production pétrolière combiné à l’établissement de nouvelles infrastructures utilisant du gaz qui serait autrement torché.

Selon des données satellitaires recueillies en 2020, la Russie, l’Iraq, l’Iran, les États-Unis, l’Algérie, le Venezuela et le Nigéria continuent d’occuper la tête du classement des pays émetteurs de gaz torchés pour la neuvième année consécutive depuis le lancement du premier satellite en 2012. En effet, ces sept pays représentent 40 % de la production annuelle de pétrole à travers le monde, mais sont responsables de près des deux tiers du volume mondial de gaz torchés (65 %). Cette tendance est indicative des différents défis auxquels ils sont confrontés à l’heure actuelle. Par exemple, les États-Unis comptent des milliers de sites de torchage qu’ils ont de la peine à relier aux marchés, tandis que quelques champs pétrolifères exploitant de grandes torchères en Sibérie de l’Est (Fédération de Russie) sont extrêmement enclavés et manquent d’infrastructures pour recueillir et évacuer les gaz générés.

La pratique du brûlage du gaz naturel sur les sites de production pétrolière est le résultat d’une diversité de contraintes liées aux marchés et aux difficultés économiques, mais aussi à l’absence de réglementations appropriées et de volonté politique. Elle se traduit par l’émission d’une panoplie de polluants dans l’atmosphère, y compris du dioxyde de carbone, du méthane et du noir de carbone (suie). Les émissions de méthane issues du torchage contribuent substantiellement au réchauffement de la planète à court et à moyen terme, parce que les effets de ce gaz sont au moins 80 fois plus puissants que ceux du dioxyde de carbone sur un horizon de 20 ans. « Les pays en développement tributaires du pétrole se ressentent de la pandémie de COVID-19, compte tenu des pressions que celle-ci exerce sur leurs recettes et leurs budgets. Cependant, le torchage générant toujours plus de 400 millions de tonnes d’équivalents d’émissions de dioxyde de carbone chaque année, le moment est venu d’agir. Nous devons poursuivre la mise en œuvre de programmes visant à réduire considérablement les émissions directes issues du secteur pétrolier et gazier, notamment du torchage », affirme Demetrios Papathanasioudirecteur au pôle Énergie et industries extractives de la Banque mondiale.

Le Partenariat mondial pour la réduction des gaz torchés (GGFR) est un fonds fiduciaire administré par la Banque mondiale qui rassemble des États, des compagnies pétrolières et des institutions internationales dans l’objectif de mettre fin au torchage systématique du gaz sur les sites de production pétrolière partout dans le monde. En collaboration avec l’agence américaine d’étude des océans et de l’atmosphère (NOAA) et l’école des Mines du Colorado, le GGFR estime les volumes de gaz torchés à travers le monde sur la base d’observations recueillies par deux satellites lancés en 2012 et 2017. Les capteurs de pointe de ces satellites détectent les rayonnements infrarouges de la chaleur émise par les torchères en amont des installations pétrolières et gazières. « Plus que jamais auparavant, le brûlage des gaz à la torche apparait comme un grave problème pour le climat et la gestion des ressources. Près de 80 pays et compagnies pétrolières se sont engagés à ne pas recourir au torchage de routine pendant la décennie à venir, et certains ont également rejoint notre partenariat mondial, ce qui constitue une évolution très positive. Les projets de réduction du torchage exigent des investissements substantiels, mais donnent des résultats après plusieurs années. À l’approche de la prochaine Conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Glasgow, nous continuons d’inviter les dirigeants des pays producteurs de pétrole et des compagnies pétrolières à mettre la réduction des gaz torchés au centre de leurs plans d’action pour le climat. Pour préserver la planète de millions de tonnes d’émissions chaque année, il est temps de mettre fin à cette pratique vieille de 160 ans », déclare Zubin Bamji, responsable du GGFR.


Source : https://www.algerie-eco.com/


Evènements en relation:

         Salon International de l’Agroalimentaire et de l’Emballage « AGRO PACK EXPO »
         foire even pro expo
         Algérie Poste inaugure sa première agence digitale à Alger-centre
         Importation de chaînes et équipements de production rénovés : de nouvelles conditions de dédouanement fixées
         L’OPEP+ décide d’augmenter son niveau de production de 441.000 b/j pour le mois de juillet
         Paiement électronique : Plus de 38 000 TPE au 1er trimestre 2021
         Efficacité énergétique : vers un encadrement juridique de l’activité d’installateur d’équipements
         Le cuivre et le minerai de fer atteignent des records historiques
         Sept pays, dont l’Algérie, responsables des deux tiers du volume mondial de gaz torchés
         Le temps presse pour s’attaquer à la crise climatique, avertit l’ONU
         Algérie Télécom : Nouvelles offres promotionnelles sur les rechargements internet ADSL et fibre
         Boehringer Ingelheim : Une année 2020 commerciale positive malgré l’impact de la pandémie COVID-19
         Sétif : Sekceram exporte 240.000 m2 de céramique vers la Jordanie
         Sidérurgie : Le complexe de Bellara prévoit d’exporter 300.000 tonnes de fer
         LG Electronics renonce aux smartphones
         Un incendie au service des archives de l’Autorité de régulation des hydrocarbures à El Biar
         Air Algérie: Des précisions pour les vols et les prix des billets
         sarlbfbeton@gmail.com
         La Chine met au pas ses géants du numérique
         Béjaïa : la reprise des cours reportée au 28 mars dans 22 établissements scolaires

Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de E- business Algeria développment.Tout les droits sont résérvés.

  • Gsm : +213 (0) 555 05 40 20
  • Tél.: 024 79 91 64
  • Fax: 024 79 91 64

Nos partenaires :