× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Solidarité économique

»  News   »  Publié le 27-08-2015  »  lu [ 1101 fois ]

Solidarité économique

Abdelmalek Serrai, Consultant international, à El Moudjahid : « Il y a nécessité d’une rencontre de solidarité économique »

La chute des prix du pétrole, la crise financière, la crise économique, l’avenir de l’Algérie... sont des thèmes qui suscitent différentes analyses de la part des experts et économistes de la place. Dans cet entretien téléphonique, l'expert en économie et consultant international, Abdelmalek Serrai, nous livre son point de vue sur la conjoncture économique actuelle de notre pays qui enregistre une contraction importante de ses recettes pétrolières, principale source de financement de sa croissance.

L’expert est optimiste sur l’avenir socio-économique de notre pays. Et pour cause : « Nous ne sommes pas en crise économique, mais plutôt au début d’une crise financière à laquelle il faut faire attention », a-t-il dit. L’expert a  tiré la sonnette d'alarme pour dire la nécessité de mettre en place tous les moyens nécessaires pour  se préparer et faire face à une éventuelle crise. Néanmoins l’expert a affiché sa pleine confiance quant à la gestion de l’Algérie par des institutions compétentes et la contribution du secteur privé au développement de l’économie nationale. Ce qui reste, a-t-il souligné, c’est « de prendre en charge cette crise financière avant qu’elle ne se transforme en crise économique. » « Pour faire face à cette éventualité,  il faut que le gouvernement prenne de nombreuses décisions ». Le fait que le gouvernement ait reporté de grands projets prioritaires à des dates ultérieures  cela veut dire qu’il n’aura pas de grandes dépenses ».

 « Si le gouvernement arrive à gérer cette situation  il n’y aura pas de problème de la part de la société civile », a fait remarquer l’expert. Notre interlocuteur a insisté sur l’organisation et en urgence d’une rencontre ou une réunion nationale de solidarité économique avec la participation de l’ensemble des acteurs économiques. » Et de poursuivre « la main dans la main nous allons sortir ensemble solidaires avec un constat  et un consensus sur ce qui sera décidé sur la crise financière. » « D’après moi, il est temps maintenant de  penser à la levée de tous les obstacles bureaucratiques pour libérer les énergies  créatrices des Algériens car il y a un nombre important d’opérateurs économiques et agriculteurs dynamiques bien formés qui sont étranglés par la bureaucratie », a relevé M. Serrai, avant d’ajouter, que « si le gouvernement arrive à travers la prochaine réunion avec les walis et ensuite la   prochaine tripartite à Biskra entre le  gouvernement-patronat-syndicat à sortir avec de solutions de lever des obstacles bureaucratiques il y aura un îlot de solidarité nationale où les gens vont travailler davantage pour éviter la crise d’ici 2017. » Le consultant n’a pas manqué d’insister sur l’obligation de libérer l’investissement dans les différents secteurs surtout celui de l’agriculture et des services. Selon lui, il y a des milliers de dossiers agricoles bloqués au niveau de certaines wilayas. L’expert trouve inacceptable  le fait que l’Algérie soit en pleine crise dans les produit alimentaires alors que le gouvernement garde toujours  à son niveau toutes ces listes de demandeurs de terrains agricoles  pour investir, d’autant plus, a-t-il dit  que « plusieurs terrains sont abandonnés. » S’agissant des banques, il a souligné qu’ « il est temps de libérer le système bancaire puisque ce dernier est très long. « Ce n’est  pas possible qu’un investisseur obtienne son crédit après plus deux  ans », a-t-il relevé. Selon lui, le traitement de la crise exige, entre autres, une communication avec le citoyen. « Si la chute du pétrole persiste, vers 2017, nous  commencerons à réfléchir à l’ouverture de nos capitaux. »

 Si l’Algérie s’ouvre de nouveau au financement international « il y aura beaucoup de compagnies privés qui vont venir parce que c’est un acte positif, mais à condition d’améliorer le climat des affaires, aller vers plus de services de qualité, et la construction des meilleurs hôtels, etc. » A une question sur l’évolution des prix du pétrole, notre interlocuteur a souligné, que « si l’Iran joue avec l’ensemble des pays de l’OPEP, l’Arabie saoudite va tenter de réduire ses capacités de production ce qui permettra en conséquence d’augmenter les prix entre 50 et 60 dollars. »

Source : http://www.elmoudjahid.com/


Evènements en relation:

         Le pétrole termine encore en hausse à New York
         La production de fer brut dans la mine d’El Ouenza passera à 5 M.T dans les années à venir
         Hausse du pétrole : l’Algérie a récupéré 30 de ses revenus hydrocarbures
         En 2017, la demande mondiale de gaz naturel a atteint un nouveau pic
         La Sonatrach a besoin d’un baril à 43 dollars pour réaliser ses investissements
         Pétrole : l’Opep se dit prête à soutenir la stabilité du marché
         Bedoui inaugure le terminal arrivée du gazoduc Illizi-Djanet
         Le pétrole finit une semaine agitée
         Pétrochimie : Total investit 1,4 milliards de dollars avec Sonatrach
         Quel avenir pour les énergies renouvelables en Algérie ?
         Les exportations des hydrocarbures ont représenté 93.6% au 1er trimestre 2018
         Mustapha Guitouni : « il ne faut pas voir le gaz de schiste comme un ennemi »
         Le pétrole rebondit avant une semaine décisive sur l’Iran
         Stratégie 2030 : Sonatrach veut devenir une des 5 plus grandes compagnies au monde
         Le pétrole recule, les puits se multiplient aux Etats-Unis
         Première découverte pétrolière de Sonatrach au Nord du Niger
         Sonatrach et le ministère irakien du Pétrole, signent un mémorandum d’entente
         Pour Claudio Descalzi, patron d’ENI «L’Algérie est la meilleure alternative pour l’Europe»
         35 compagnies pétrolières exclues du portefeuille du fonds de pension danois PKA
         Pétrole : Les tensions entre la Chine et les Etats-Unis pèsent sur les cours

Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Antares développment.Tout les droits sont résérvés.

Tél.: 024 79 97 97

GSM : 0555 05 40 20/21/22/23/24

Fax : 024 79 98 98

Nos partenaires :

 

Notre réseau :

facebook

Twitter

Catalogues

Linkedin