× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






La bouillonnante Afrique des start-up en plein essor

»  News   »  Publié le 31-07-2018  »  lu [ 288 fois ]

 La bouillonnante Afrique des start-up en plein essor

 Avec 560 millions de dollars levés en 2017, les pépites Tech africaines bénéficient de plus en plus de fonds. Leur potentiel, à l'image du continent, est gigantesque.

Loin des radars de  la French Tech et de  la Silicon Valley , un gigantesque écosystème est en construction. Et sa croissance dépasse toutes les prévisions. En 2017,  les start-up africaines ont levé 560 millions de dollars, selon Partech Ventures, soit quatorze fois plus qu'en 2012, et une croissance de 53 % par rapport à l'année précédente. « Nous sommes en avance sur nos prévisions, constate Cyril Collon, general partner chez Partech Ventures. Nous tablions plutôt sur 450 millions de dollars pour 2017, ce qui prouve la très bonne dynamique sur le continent. » 

Américains et Européens principaux financeurs 

Pour soutenir cette croissance,  les capitaux affluent d'Europe et des Etats-Unis principalement, avec un morcèlement des acteurs : 220 investisseurs sont intervenus en 2017, moins de 20 ont réalisé deux investissements, et moins d'une dizaine ont injecté dans plus de 10 start-up. « Les acteurs américains, avec la présence de Y Combinator, 500 Startups et Techstars, sont ici en force, remarque Tidjane Deme, general partner chez Partech Ventures. On observe l'émergence de quelques VC locaux, ce qui est une nécessité pour bien comprendre le contexte local. » L'Afrique voit également apparaître des business angels significatifs, comme Tomi Davies , un nigérian qui consacre des montants importants au soutien des start-up locales. 

Un volume d'acquisitions encore timide 

A travers le fonds de  100 millions d'euros que Partech Ventures a lancé en Afrique début 2018, ce sont des institutions comme bpifrance, l'Union européenne et la Banque mondiale qui investissent sur le continent. Un engagement structurant qui devrait bénéficier à l'ensemble de l'écosystème à moyen terme, mais auquel il manque encore une brique essentielle pour se pérenniser,  la revente de start-up . Pour le moment, les exemples sont rares : 38 en 2017 (+26,7% depuis 2014), soit une progression moins soutenue que celle des levées de fonds, rapporte Bilal Djelassi, VC chez  Orange Digital Ventures , dans un post sur Medium. Le Suisse Ringier a bien acquis le kenyan Ghafla, ou l'anglais Investec le sud-africain Wigroup, mais les exemples ne sont pas légion. « Lorsque nous avions lancé Partech en Europe, la situation était analogue, se rappelle Cyril Collon. C'est le marché américain qui s'est d'abord intéressé à nos start-up, avant que des acteurs européens soient capables de les racheter. C'est le cas aujourd'hui, et c'est le même schéma qui devrait se dérouler en Afrique dans les années à venir. » 

De potentiels leaders mondiaux 

L'accès encore difficile aux capitaux pousse les entrepreneurs africains à imaginer des solutions innovantes pour accélérer leur start-up, détaille Cyril Collon : « L'absence de fonds a contraint les startuppeurs à trouver un chemin plus rapide vers la profitabilité, c'est aussi ce qui leur permet de croitre très rapidement. » A l'exception de quelques grands pays, comme l'Afrique du Sud, le Kenya et le Nigéria, la taille des autres marchés n'est pas suffisante pour bâtir un champion de la Tech.

Difficile pour l'instant d'estimer si l'une des pépites qui émergent aura la capacité à se développer mondialement, mais Tidjane Deme observe déjà des premiers signaux positifs : « Pour certaines thématiques, il est envisageable que des jeunes pousses deviennent des leaders mondiaux, comme avec la banque sur smartphone par exemple. Deux tiers des comptes actuellement sur mobile dans le monde sont enregistrés en Afrique. D'autre part, certains problèmes attaqués par les start-up du continent sont communs à l'ensemble des pays émergents. Et leur niveau de sophistication devrait leur permettre de s'étendre à ces territoires. » Des perspectives qui devraient accélérer la visibilité des jeunes pousses encore un peu plus.

source: https://business.lesechos.fr/




Evènements en relation:

         Top 10 des pays africains les plus attractifs pour les investisseurs en 2019
         OPEP : les participants à la réd’Alger viseront la stabilité du marché
         La chancelière allemande en visite officielle lundi en Algérie
         Projets d’aide publique: La République tchèque sollicite l’expérience algérienne
         Coopération algéro-vénézuélienne: Renforcement des relations dans le domaine agricole
         Algérie-Etats-Unis : un grand intérêt pour les produits algériens sur le marché américain
         L’Algérie se prépare à lancer une épargne publique internationale
         Des entreprises privées pour gérer les biens des collectivités locales
         BMCE Bank of Africa conclut un partenariat avec China Africa Business Council
         Bourse d’Alger Le chiffre d’affaire en hausse de 9 en 2017
         PLF 2019 : Le Fonds de développement des hauts plateaux renforcé
         Dernières nominations consacrent le principe de l’alternance aux postes de responsabilité
         L'Algérie et l'Espagne ont "les mêmes intérêts géostratégiques et économiques"
         Industrie pharmaceutique : la société mixte « Ipsen Pharma Algérie » est née
         3 piliers indispensables aux États pour créer des conditions favorables aux PPP
         Bourse d’Alger : L’activité en hausse de plus de 25 en août
         L’Algérie et la Chine ont signé,un mémorandum d’entente sur l’adhésion de l’Algérie
         Etudes en France : 40 000 étudiants algériens ont introduit une demande via Campus France
         La loi de finances n’est qu’au stade de projet,et doit passer par le conseil des ministres
         Une saisie de 1,45 million d’euro à l’aéroport d’Alger

Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Antares développment.Tout les droits sont résérvés.

Tél.: 024 79 97 97

GSM : 0555 05 40 20/21/22/23/24

Fax : 024 79 98 98

Nos partenaires :