.
Made in Algeria
Produits Entreprises Appels d'offres Annonces B2B Actualités
 
 
Se connecter
 
Inscription

Plaidoyer pour les logements ruraux

»  News   »  Publié le 20-07-2015  »  lu [ 575 fois ]

Plaidoyer pour les logements ruraux

Ouled Fares: Plaidoyer pour les logements ruraux

Dans un entretien accordé à notre journal, le président de l'APC d'Ouled Farès, M. Ahmed Ghalem, exhorte les pouvoirs publics à consacrer un budget conséquent pour l'aide à la construction de logements ruraux à ses administrés, notamment ceux ou celles qui, en dépit des conditions précaires qui règnent dans le monde rural, préfèrent rester sur leurs lopins de terre que de grossir les rangs de ces citoyens qui ont opté pour la vie citadine. Cette requête est motivée, selon M. Ahmed Ghalem, par le nombre très important de demandes formulées par des citoyens désireux se fixer sur leurs terres à un moment où l'exode rural bat son plein. Le P/APC souligne que les programmes d'aides attribuées demeurent insuffisants, particulièrement pour une commune à vocation agricole où plus de 20.000 familles résident encore dans les campagnes. «L'aide de l'Etat pour la construction de logements ruraux permettra non seulement de fixer ces populations mais également de mettre un terme à l'anarchie constatée quant à la construction d'habitations et, par conséquent, d'éviter un effritement des parcelles de terre qui doivent être consacrées exclusivement à l'agriculture», nous dira le P/APC.

 Il faut dire que l'exode rural affecte aujourd'hui de nombreuses communes de la wilaya, provoquant de profonds bouleversements économiques, sociaux et culturels. Ce phénomène illustre, une nouvelle fois, la nécessité de replacer l'agriculture au centre de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté, sachant que l'exode rural, considéré comme le dépeuplement des campagnes et l'abandon des métiers liés à la terre, est une question d'envergure nationale. Par ailleurs, si l'exode rural a été plus accentué au cours de la décennie noire où de nombreux citoyens ont dû fuir leurs terres de peur d'être assassinés par les hordes sauvages, aujourd'hui, on peut dire que les motifs sont tout autres après que la sécurité a été restaurée dans ces campagnes. En effet, de nos jours, on peut relever des facteurs de répulsion du milieu rural et d'attraction du milieu urbain. La différence de niveau de vie entre la campagne et la ville est le facteur qui apparaît le plus souvent dans les diverses déclarations sur ce sujet. Le niveau de vie est beaucoup plus faible en milieu rural qu'en milieu urbain : revenus de la population plus faibles, investissements publics proportionnellement moins élevés, services sanitaires et sociaux plus rares et moins performants... La migration vers la ville est donc souvent une quête de meilleures conditions d'existence par la jeunesse, une tentative pour fuir la pauvreté. Ce sont également ces raisons qui font généralement demeurer en ville ceux qui y ont migré à l'origine pour d'autres motifs. Il en est de même pour le travail agricole qui est une des causes de l'exode rural, tant par sa dureté (disponibilité, revenus aléatoires, absence d'horaires de travail et de congés) que par sa monotonie, de sorte qu'on a pu parler d'une “vie d'enfer”. 

Il en est de même du sous-emploi rural, surtout saisonnier, source de désœuvrement et d'ennui, avec l'absence de distractions qui augmente la “fascination de la ville”. La scolarisation est également un autre facteur de l'exode rural avec de multiples facettes. Ainsi, il apparaît paradoxalement que la réussite aussi bien que l'échec scolaires conduisent à migrer : l'école semble rendre les sortants du système définitivement inaptes à la vie de campagne. Elle véhicule un système de valeurs qui prône exclusivement la réussite par le diplôme scolaire et valorise le salariat urbain au détriment du travail de la terre. Le monde rural, apparemment, n'offre plus dans ces conditions aucune perspective de promotion et constitue un “monde bloqué”, une “impasse”. Les parents eux-mêmes ambitionnent de plus en plus une “autre vie pour leurs enfants”. La nécessité croissante de fréquenter l'école et de prolonger les études. Une autre difficulté liée à l'exode rural, celle en rapport avec la cellule familiale. Il est vrai si, jadis, l'autorité parentale sur sa progéniture n'était pas du tout contestée, aujourd'hui, les jeunes veulent prendre leur destin en main et décider de leur propre avenir qui leur semble se trouver au niveau des grands centres urbains. Quant aux problèmes multiples qui en découlent de cet exode rural, on peut citer, entre autres, les investissements de tous ordres nécessaires à l'accueil de la population dans les villes et surtout dans les grandes métropoles (logement, emploi, santé, éducation, infrastructures diverses...), ou celui lié à la désaffection des campagnes par leurs forces vives et notamment ceux du développement rural et de l'indépendance alimentaire du pays.
Source : http://www.lequotidien-oran.com/




Evènements en relation:

         Salon International de la Construction et du Bâtiment en Tunisie
         Grande mosquée d’Alger
         Lafarge Algérie
         Travaux publics
         Travaux publics
         Importations des matériaux de construction
         OPGI
         Cosider et ses nouveaux métiers
         Logements sociaux
         Développement national
         La Grande Mosquée d'Alger
         Travaux publics
         Travaux publics
         Matériaux de construction
         Groupe Lafarge Holcim
         Plaidoyer pour les logements ruraux
         Fusion acquisition
         Matériaux de construction
         Prochain sommet Inde-Afrique
         Bâtiment et construction
  
Ampoules à LED Bulb 5 w
Dalle à LED HP Panel 72w
LED spotlight E14
LED spotlight GU5.3
Ampoules à LED
Ampoules à LED
Piment Tonus
Boisson non gazeuse Mangue
Boisson non gazeuse Orange
Management et Marketing



lKuYnaeU
lKyRmaWR
lKyRl6aY
lKyRmKuU
lKyQm6mT
lKyRl6SY
lKmUnqSU
lKyQnKSY

Bienvenue | Accueil | Concept | Devenir membre Made in Algeria | Contact | Connexion