× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Hausse des crédits à l'économie au 1er semestre 2018

»  News   »  Publié le 10-10-2018  »  lu [ 197 fois ]

Hausse des crédits à l'économie au 1er semestre 2018

ALGER - Les crédits à l'économie ont enregistré une hausse au 1er semestre 2018 et dont plus de la moitié a été accordée au secteur privé, apprend-on auprès de la Banque d'Algérie.

Les crédits à l'économie se sont établis à 9.408,1 milliards de dinars (mds DA) à fin juin 2018 contre 8.880 mds DA à fin décembre 2017, en hausse de 528 mds DA correspondant à une augmentation de 6% entre les deux périodes de comparaison.

Concernant la structure des crédits par secteur juridique, il est observé que la part des crédits au secteur public est passée à 49,3% à fin juin 2018 contre 48,55% à fin décembre 2017, tandis que celle des crédits au secteur privé (y compris les ménages) est passée à 50,67% à fin juin 2018 contre 51,44% à fin décembre 2017.

Ainsi, les crédits bancaires accordés au secteur économique public ont atteint 4.640,7 mds DA à fin juin 2018 contre 4.311,3 mds DA à fin décembre 2017, soit une hausse de 7,64%.

Lire aussi: Hausse de plus de 12 % des crédits à l’économie en 2017

Quant aux crédits accordés au secteur privé (entreprises et ménages), ils se sont accrus de 4,35%, passant à 4.766,8 mds DA à fin juin 2018 contre 4.568,3 mds DA à fin décembre 2017.

Les crédits accordés aux ménages, essentiellement des crédits hypothécaires (achats de logements essentiellement), ils ont atteint 716,4 mds DA à fin juin 2018 contre 656,7 mds DA à fin décembre 2017 (+9,1%).

Concernant l'évolution de la structure des crédits, elle indique la prédominance des crédits à long terme, principalement les crédits accordés aux entreprises publiques du secteur de l’énergie. 

Ainsi, la part des crédits à court terme est passée à 26,87% à fin juin 2018 contre 25,88%à fin 2017, celle des crédits à moyen terme à 18,62 % contre 20,77% et celle des crédits à long terme à 54,51% contre 53,35%.

 

==Stabilité des liquidités bancaires, creusement du déficit budgétaire==

 

Après les baisses enregistrées en 2015 et 2016, la liquidité bancaire "s’est relativement stabilisée" après le lancement des opérations d’open market d’injections de liquidités à partir de mars 2017, pour ensuite croître fortement, dès novembre 2017, "après la mise en œuvre du financement non conventionnel", relève la Banque d'Algérie.

La liquidité bancaire avait atteint 1.380,6 mds DA à fin 2017, soit une croissance de 68,2% par rapport à son niveau de fin 2016 qui était de 821 mds DA.

Selon la même source, "en prévision de l’accroissement de l’excès de liquidité avec les nouveaux achats directs de titres du Trésor au début de l’année 2018 (1.400 mds DA), la Banque d’Algérie a, pour prévenir toute poussée inflationniste, repris les opérations d’open market d’absorption de la liquidité à différentes échéances en janvier 2018 et a relevé le taux de réserves obligatoires de 4% à 8% au même mois". 

Cette conduite de la politique monétaire "a stabilisé l’encours de la liquidité bancaire autour de 1.500 mds DA entre janvier et juin 2018", souligne la même source.

Lire aussi: Baisse des réserves de change de l'Algérie à 88,61 milliards de dollars à fin juin 2018 

Par ailleurs, dans un contexte de légère baisse des exportations d’hydrocarbures en volume, la hausse du prix moyen du pétrole au cours des 5 premiers mois de 2018, par rapport à la même période de 2017, s’est traduite par une augmentation des recettes fiscales pétrolières à 1.179 mds DA à fin mai 2018 contre 955,4 mds DA à fin mai 2017.

Cette hausse de la fiscalité pétrolière, conjuguée à l’augmentation des recettes non fiscales (dont notamment les dividendes versés par la Banque d’Algérie) qui sont passées de 919 mds DA à fin 2017 à 1.000 mds DA à fin mai 2018, a porté les recettes budgétaires totales à 3.426,6 mds DA à fin mai 2018 contre 3.171,3 mds DA à fin mai 2017.

Cependant, la hausse substantielle des dépenses totales, qui ont atteint 4.079 mds DA à fin mai 2018 (contre 3.222,5 mds DA à fin mai 2017), a abouti à un "creusement du déficit budgétaire" qui a atteint 652,4 mds DA à fin mai 2018 contre 151,2 mds DA à fin mai 2017.

Selon la Banque d'Algérie, la "forte hausse" des dépenses budgétaires totales est liée, pour l’essentiel, à celle des opérations en capital (dotations des Comptes d’affectation spéciale, bonifications des taux d’intérêt, règlement des créances sur l’Etat et contribution du budget de l’Etat au profit de la CNAS) et beaucoup moins aux dépenses d’investissement de l’Etat.

Quant à l’encours du financement non conventionnel du Trésor par la Banque d’Algérie, il est demeuré, à fin juin 2018, identique à celui de fin mars 2018, soit 3.585 mds DA.




Evènements en relation:

         SSD SOLUTION AUTOMATIQUE ALGERIE TUNISIE MAROC.
         Algérie Poste : « Hawalatic », un nouveau service de transfert d’argent sans compte CCP
         Vivatech de Paris, des startups algériennes ont fait leurs premiers pas sur la scène
         Le complexe sidérurgique de Bellara opérationnel d’ici fin 2019
         La mise en service la semaine prochaine de la nouvelle aérogare d’Alger
         La Banque Mondiale fait état d’un fort ralentissement de la production algérienne d’hydrocarbures
         Cevital appelle à renoncer à la marche du 5 en sa faveur
         Réseau mondial des centres de l’Instituto Cervantes : Ouverture d’une branche d’aide aux réfugiés sahraouis
         Planche à billets : 6.556 milliards de DA émis jusqu’au 31 janvier 2019
         Tipasa en phase de transition pour devenir une ville intelligente
         Hausse de la facture d’importation des produits alimentaires en 2018 : 135 millions de dollars de plus
         Les hommes d’affaires algériens invités à investir le marché burkinabé
         Sonelgaz : un investissent de 2.400 milliards de dinars prévu pour 2028
         Guitouni élu vice-président de l’Opep à compter du 1er janvier 2019
         Importations : Une liste des fruits soumis au DAPS circule chez les opérateurs
         Bourse d’Alger : l’activité en baisse de plus de 34 en octobre
         Entreprenariat : IncubME lance l’incubation d’une première série de projets prometteurs
         Lancement de nouveaux projets de Cevital à Charleville-Mezieres dans les Ardennes
         Signature d’un contrat entre l’Algérie et l’Italie, pour la réalisation d’un projet de GPL
         Le Top 10 des pays africains ayant attiré le plus de projets d’IDE en 2017

Made-inalgeria.com

« Première Place de Marché B2B en Algérie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Antares développment.Tout les droits sont résérvés.

Tél.: 024 79 97 97

GSM : 0555 05 40 20/21/22/23/24

Fax : 024 79 98 98

Nos partenaires :